Pourquoi la France entière pense qu’on se fait chier à Dijon

Article publié le 9 février 2017

classement-dijon

La presse nationale nous dit souvent qu’il ne se passe rien ici. Sur notre site on annonce environ 6000 événements par an. Du coup on ne comprenait pas trop. On a enfin la réponse.

Ce n’est pas la première fois qu’on le lit: à Dijon, les gens visiblement s’ennuient. Et ça nous donne presque envie d’en rire. La dernière en date, c’est une étude menée par l’agence de voyage-déménagement MoveHub, reprise sur des sites à forte audience comme Topito ou Grazia, qui nous classe 7e ville de France « où s’installer en 2017 », « bien que l’offre culturelle et l’offre de loisirs soient assez faibles ». Si tu veux, mais…

Pas qu’on soit des militants régionalistes à vouloir défendre « nos couleurs » à tout prix. D’ailleurs on est les premiers à admettre qu’on peut faire encore mieux. Juste, on ne comprenait pas trop. Des choses à faire, on en recense des centaines par mois sur Jondi. Cher MoveHub, sans te dresser la liste : fais un tour dans nos rubriques, ça te donnera une idée du nombre de personnes – salles de spectacles, bars culturels, entreprises événementielles, assos, groupes, compagnies, artistes, clubs, cinés, musées, bibliothèques etc. – qui toute l’année inventent, construisent, reçoivent… Nous en tant que spectateurs, on n’a franchement pas à se plaindre. Ici, on a une scène et un public pour à peu près tous les genres – you name it, comme dirait l’autre. Vu qu’on sait accepter la critique, et qu’il n’y a pas de fumée sans feu, on s’est demandé humblement pourquoi tu pensais ça. En fait – et ça rassure – tu ne le penses pas.

L’agence détaille sa méthodologie. Tout devient plus clair. L’offre culturelle se base sur le « nombre de monuments historiques et musées listés sur TripAdvisor ». Les loisirs, le « nombre d’activités listées sur TripAdvisor ». C’est très quantitatif comme approche, mais admettons. Surtout, allons voir ce qui est proposé sur ce fameux site, puisque c’est le critère.

Rubrique « activités », le site note « 65 choses à faire », dont beaucoup d’annonces commerciales, glissées entre la « place de la Libération » (certes, c’est « à faire ») et la « Chartreuse de Champmole » (ça s’écrit « Champmol »). Et on comptabilise aussi, parce qu’ils paient, ce cours de « Yoga et pilates ». Ça c’est pour les « loisirs ». Rubrique « offre culturelle », idem. Les « monuments historiques » selon TripAdvisor, ce sont un « grand T2 centre historique proche chouette » à 89 euros la nuit, ou un « joli studio hyper centre historique » pour un peu moins. On trouve aussi la « Basilique Notre-Dame de Beaune » et la « Fontaine aux Lépreux à Dole » (comptez une demi-heure de route au minimum!). Ce n’est pas spécifique à Dijon, les autres villes c’est tout pareil. Parmi les 102 « Monuments historiques » niçois par exemple (donc, « l’offre culturelle »), on a le choix entre un Hôtel à Juan-les-Pins, le casino de Monte-Carlo ou encore le monument aux morts de Cannes.

TripAdvisor a moins de succès chez nous, et on n’a pas la mer. Ce sont à peu près les seules conclusions raisonnables que l’on puisse tirer de ce palmarès. Cela dit on ne vise pas une médaille, et on n’oblige personne à venir. Mais si, par le plus malheureux des hasards, vous vous trouvez à Dijon en mal d’activité, ou même, que vous connaissez quelqu’un dans cette situation… faites un tour sur Jondi! Vous verrez, il se passe plein de trucs.

Illustration: capture d’écran du site MoveHub

Publié par Bertrand Carlier

Réagissez à cet article

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. jondi Post author

    @Picard C’était à quelle époque? Parce que ça a vraiment pas mal changé ces dernières années (oui, on peut toujours faire encore mieux). N’hésitez pas à consulter notre agenda pour vous en rendre compte ;-) http://www.jondi.fr

  2. PICARD

    Ayant vécu de trop longues années à Dijon et heureusement bien d’autres ailleurs, en France et à l’étranger, je pense malheureusement comme le reste de la France. Certes,par rapport au début des années 80 Dijon a fait d’énormes progrès. Mais, par rapport à d’autres villes ou régions beaucoup moins riches et qui fourmillent d’événements culturels, artistiques, originaux et pas forcément très onéreux, je trouve dommage que Dijon ne compense pas le manque d’amabilité de ses habitants par une vie sociale plus intense. Un ou deux exemples : la Foire dite « gastronomique » qui porte bien son nom de Foire mais n’a rien à voir avec la Gastronomie. ; le marché de Noël qui avait, à ses débuts, quelque chose de magique, qu’il a bien vite perdu. Il y a également une ou deux petites troupes dijonnaises, divertissantes et originales, qui doivent se produire en dehors de Dijon -et très rarement sur Dijon – pour vivre.
    Et j’en passe…
    Dommage