Dijon : elle se masturbe en haut de la tour du Palais des Ducs

Article publié le 25 octobre 2017

Dominant la place de la Libération à plus de 40 mètres de haut, c’est imperceptible à l’œil nu. Mais avec un bon zoom ou une paire de jumelles, ça devient tout de suite plus évident. Une femme, âgée d’un peu plus de 570 ans, touchant de sa main droite son sexe, de l’autre son sein gauche.

On peut se demander les raisons qui ont poussé le tailleur de pierre à représenter cette dame dans une position pour le moins équivoque. S’agit-il d’une commande du duc Philippe le bon, qui a fait construire la tour? De sa femme, la duchesse Isabelle de Portugal, qui y avait son logis? Ou d’un clin d’œil irrévérencieux, sachant que d’en bas, on peut à peine la distinguer? On ne le saura probablement jamais.

Tout ce que l’on sait c’est que cette gargouille est d’origine, elle date de la construction de la tour élevée entre 1450 et 1460 par l’architecte Jean Poncelet. Tout comme les trois autres qui ornent chaque coin, et contrairement aux fausses gargouilles représentant des chiens, qui regardent vers l’est (eux sont du XIXe siècle).

Vous ne la verrez plus de la même manière.

Photos © BC – Jondi

Publié par Jondi

Réagissez à cet article

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. MONIOD

    A l’époque les tailleurs étaient souvent mal payés. Pour se « venger » ils pouvaient parfois faire ce genre de « blague »

Rechercher un événement
Expositions à Dijon

Retrouvez sur notre page dédiée toutes les expositions en cours et à venir à Dijon.

Toutes les expositions
Suivez-nous !
Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Instagram