Trois bâtiments improbables « made in Europe »

Article publié le 5 mai 2016

A Dijon, plusieurs édifices récents sont l’œuvre d’architectes étrangers. Voici les plus curieux.

Les logements Montée de Guise

Les logements de la Montée de Guise, construits en 1999 par l'Espagnol Manuel Nunez Yanowsky. © B. Carlier - Jondi

Les logements de la Montée de Guise, construits en 1999 par l’Espagnol Manuel Nunez Yanowsky. Photo © B. Carlier – Jondi

Un architecte post-moderniste espagnol, Manuel Nunez Yanowsky, est à l’origine des 282 logements de la montée de Guise à Dijon. Les bâtiments aux toits pointus, créés en 1999, donnent l’impression de maisons de 3 ou 4 étages, collées les unes aux autres.

La bibliothèque Agrosup (ex-Enesad) 

La bibliothèque Agrosup, construite par l'architecte roumain Dan Munteanu en 1999. Photo © Nadège Hubert

La bibliothèque Agrosup, construite par l’architecte roumain Dan Munteanu en 1999. Photo © Nadège Hubert

Des ronds, des barres obliques, un cube de verre, un grand rectangle de pierre de Bourgogne… Le tout sur un même bâtiment imaginé par Dan Munteanu, un architecte roumain, qui rompt avec les codes. Le résultat, la bibliothèque Agrosup qui a vu le jour en 1999 et située sur le campus universitaire, rue des Champs-Prévois. L’architecte spécialisé notamment dans l’enseignement scolaire et universitaire ainsi que les centres de documentation y a mis de nombreuses ouvertures et une lumière plongeante grâce à l’incision de la colonne de verre. Elle permet de séparer les étudiants qui bossent et de l’autre les services administratifs, qui bossent aussi.

Teletech Campus

L'étrange bâtiment de Campus Teletech, œuvre d'un cabinet d'architectes néerlandais. Photo © NH

L’étrange bâtiment de Campus Teletech, œuvre d’un cabinet d’architectes néerlandais. Photo © NH

Ce n’est pas un architecte mais un cabinet néerlandais, MVRDV, qui est à l’origine de la réhabilitation du bâtiment Amora, quai Nicolas Rollin. On ne peut pas dire que le lieu de 70 m de long pour 40 de large et 6000 m², s’inscrive complètement dans son environnement au bord du canal et des arbres mais il surprend. Construit en 2012, Teletech Campus, centre d’appel, avait l’une des façades les plus high tech de la ville avec ses flash codes en tous sens tant à l’extérieur que dans certains espaces intérieurs. Pour l’agence d’architectes, «cette transformation est un projet exemplaire de l’architecture européenne contemporaine au moment de la crise actuelle. Comment réutiliser un bâtiment dont la structure est en bon état mais qui ne convient pas à une transformation et utilisation traditionnelle?»

(Sources: Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement de Côte-d’Or, le Bien Public, actuarchi.com)

Publié par Nadège Hubert

Réagissez à cet article

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *