Chargement Évènements

Club des cinéphiles du dimanche : « Va, Toto ! » + « 4h44 dernier jour sur Terre »

Cycles de juin et juillet : Animal / On est mal.

Animal, parce que nous voulions montrer des films qui ne soient pas tout à fait anthropocentrés, parce que nous voulions interroger comment le cinéma filme ces autres radicaux, comment il nous aide à comprendre ce qui nous lie à eux.
On est mal, parce qu’il y a plein d’animaux qui disparaissent, parce que nous sommes pris dans ce temps de l’histoire où penser la catastrophe devient central. Et on se doute qu’elle sera moins spectaculaire que dans les films. Alors, il fallait trouver des films sans Bruce Willis, et où tout n’explose pas. Car sûrement, rien ne se passera comme ça.

Programme du dimanche 21 juillet 2019 :

18h – Cycle Animal : « Va, Toto ! » de Pierre Creton / 2017 / 1h34
L’arrivée de Toto le marcassin chez Madeleine, le voyage de Vincent en Inde et ses démêlés avec les singes, ou les rêves de Joseph provoqués par la machine à pression continue. Trois histoires que va partager Pierre et qui convoquent d’une manière ou d’une autre notre rapport à l’animal, à cet autre prochain. Film d’une drôle d’étrangeté, entre autofiction et faux documentaire, où l’affection extrême, la pleine empathie pour les animaux, révèle quelque chose de nous-mêmes, nous ouvre au rêve et au monde extérieur.

21h – Cycle On est mal : « 4h44 Dernier jour sur Terre » d’Abel Ferrara / 2011 / 1h22
Demain, c’est la fin du monde, à 4h44 du matin. Un couple passe leur dernière nuit ensemble. Ils voient des amis, ils tentent une dernière fois de faire l’amour, ou de communiquer avec leur famille. Surtout ne pas se lâcher, se rapprocher, toujours plus. L’angoisse monte, oppressante. C’est la fin du monde filmée depuis un point de vue réaliste. Qu’est ce que je ferais si demain tout s’arrêtait ? Si demain tout s’arrêtait, j’appellerais mes parents, je serrerais mes amis, je ferais l’amour. Dans les lieux que j’ai habité, dans les rues qui ne seraient pas défigurées, mais où tout serait plus ou moins similaire avec ce mot – dernière fois – qui rôderait. Alors, on se prendrait dans les bras, et sûrement on s’embrasserait fougueusement, parce que sinon, il ne reste pas grand chose à faire.

Gratuit – avec un repas prix libre entre les deux séances – au Cinéma de l’Espace Autogéré des Tanneries.

Source et illustration : Espace Autogéré des Tanneries

Publié par Jondi

Réagissez à cet événement

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *