Chargement Évènements

Duo – Exposition d’art et d’artisanat

Exposition du 9 au 18 décembre 2022

Horaires : 9 et 15 décembre 17h-20h
Samedis 10 et 17 décembre : 10h-12h30 / 13h30-19h00
Dimanches 11 et 18 décembre : 14h/18h)

Najette Bodji, créatrice de bijoux.
Carole Grandgirard, artiste peintre.

Duo est une exposition bicéphale, à deux têtes, mais surtout à quatre mains. Les deux univers artistiques qui sont ici présentés diffèrent par leur usage, mais tous deux parlent pour beaucoup de la femme.

Najette a étudié la bijouterie à l’école BJO de la rue du Louvre à Paris. Après avoir intégré un atelier parisien de haute-joaillerie en 2008, elle s’installe en tant que créatrice de bijoux à Dijon.
Ses créations atypiques et épurées mélangent bijoux Art Déco et inspirations lointaines basées sur un style « ethnique chic ». Elle créé en petites séries et pièces uniques ainsi que sur mesure toujours après une étude approfondie avec ses clients.
L’argent est son métal de prédilection. Elle découpe, sertit, lamine, assemble, puis avive et polit, pour créer des pièces uniques : bracelets martelés, bagues surmontées de macarons, bracelets délicats… chaque pièce nait d’un travail de recherche long et inspiré. Les bijoux de Najette Bordji, simples mais racées, proposent à chacune une touche d’originalité à accrochée à son cou, à son poignet ou à ses doigts.

Carole Grandgirard est une artiste française. Passionnée par l’art, elle se forme en parallèle d’études plus classiques, au dessin et à la peinture. Tout d’abord à l’école Boulle, puis à l’école Duperré.
Par ses sujets et par son style, dans la suite de la figuration narrative, Carole Grandgirard semble nous plonger dans un bain sucré de nostalgie inspiré par des photographies des années 50 à 70.
Sous cette trompeuse apparence d’une nostalgie bien servie par un style graphique qui lui est approprié, nous pourrions ne voir dans ces tableaux que des instantanés d’un passé mythifié et repeint dans des teintes « rose bonbon ».
En fait, tout cela n’est que tromperie sur la marchandise. L’artiste nous prend par surprise, nous attire par cette apparente facilité, avant de nous faire doucement (si l’on veut bien) prendre conscience de l’envers du décor.
A travers ces séries, elle nous parle du culte des corps, de sa marchandisation par l’industrie du loisir et du spectacle, du maintien du poids des patriarcats malgré l’apparente libération des corps et des moeurs.
L’oeuvre de Carole Grandgirard, nous oblige à un regard social et politique, en se jouant de nos sens et de l’apparente facilité de ses choix graphiques.
Elle nous rappelle que l’art est parfois une mystification qui nous happe par notre goût de l’esthétisme, pour nous entrainer, parfois malgré nous, vers un sens plus profond et plus ambivalent.

Horaires : 9 et 15 décembre 17h-20h

Samedis 10 et 17 décembre : 10h-12h30 / 13h30-19h00

Dimanches 11 et 18 décembre : 14h/18h

Source et illustration : Carole Grandgirard

Publié par Bertrand Carlier

À voir également

Réagissez à cet événement

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *