Chargement Évènements

Festival Matchbox #1 – Le programme complet

Du 10 au 12 mai 2018 aux Tanneries se tiendra la toute première édition du festival MatchBox. Un festival féministe, militant, intersectionnel, pluri & transdisciplinaire, artistique & culturel.

Questionnons le statut politique de l’artiste.
Visibilisons toute personne se revendiquant comme tel.le et subissant une oppression de genre.
Créons des alternatives de production et de diffusion de notre travail.
Fédérons-nous en un réseau de solidarité et de bienveillance.
Émancipons-nous du système patriarcal, capitaliste et institutionnel de l’art.

Imaginé par un collectif de militantes et d’artistes féministes s’organisant en non-mixité et pour qui il semblait indispensable de créer un événement d’ampleur autonome, indépendant et autofinancé, MatchBox a pour but de diffuser le travail d’artistes femmes et de minorités de genre. Le collectif Matchbox est une association loi 1901. Il est constitué de membre du Collectif Beste, du Collectif Greenwitches, et d’étudiantes de l’école nationale supérieure d’art de Dijon.

TARIFS: Pass journée 10 euros, 2 jours 18 euros, 3 jours 25 euros.

LE PROGRAMME

JEUDI 10 MAI

CLAUDINE LEBÈGUE. Claudine Lebègue est chanteuse, accordéoniste, auteure, compositrice, comédienne et metteure en scène. Sa carrière artistique a débuté en 1991 au Théâtre National de Bretagne aux côtés de Michèle Bernard. Produite par Anne Sylvestre jusqu’en 2005, comédienne au sein de la Cie « Le Voyageur debout », elle créée et met en scène ses propres spectacles. En 2010, elle entreprend d’écrire A ma Zone : récits, témoins d’une vie de femme libre, la sienne. Le 1er tome, paru en 2010 et préfacé par Jean-Pierre Siméon a été sélectionné pour le Prix de l’inaperçu 2011 (prix littéraire Ignatus Reilly).

DYKES SBIRES. Dykes Sbires c’est un duo Queer Féministe qui Rap’n’B.

GÉRALDINE GOURBE. Géraldine Gourbe est philosophe et professeur à l’école supérieure d’art de l’agglomération d’Annecy (ESAAA) et attachée de recherche à l’Université de Nanterre/Grand Ouest. Elle a soutenu une thèse sur « Une pensée de l’être-ensemble : analyse critique de la performance en Amérique du Nord » à l’Université de Nanterre et a publié plusieurs articles sur l’art, la politique et le féminisme. À l’ESAAA, elle a co-dirigé le séminaire Los Angeles : des marges aux centres avec Isabelle Le Normand en présence de nombreux artistes et spécialistes, dont Mark Allen, Thom Andersen, Jonathan Bernad, Audrey Cottin, Alexandra Grant, Joel Kayak, Lauren Mackler, Emily Mast, Raphaël Pirenne, Bérénice Reynaud, John Tain et John Welchman.
Géraldine Gourbe a également donné une conférence-performance, Verita Intuitiva, avec Audrey Cottin, Fondation Mario Mertz, résidence Diogène, Turin, 2012 ; organisé une résidence recherche et production « Au delà des Apparences » à Public Fiction (Los Angeles) avec Céline Ahond, Charly Jeffery et Nicolas Koch, étudiants DSRA/Third Program de l’ESAAA, dans le cadre de « Ceci n’est pas » programme de coopération Los Angeles : France, ministère de la Culture et de la communication et ministère des Affaires étrangères, mars 2013 ; co-préparé l’exposition et la programmation, avec Dorothée Dupuis, de Kathy Acker: The Office, Marseille,Triangle, 2011 ; co-diririgé, avec Charlotte Prévot, le catalogue Deux ou trois choses que j’ignore d’elle, exposition de Béatrice Josse, Frac Lorraine, Metz, 2008.
Elle a récemment coordonnée le séminaire genre et cultures visuelles Travelling féministe, avec Teresa Castro, Hélène Fléckinger et Clara Schulman, Centre Simone-de-Beauvoir et Fondation de France, Forum des Images, Paris, 2012-2013.

MARIE DOCHER. Marie Docher est photographe et autrice. En 2014, elle crée un blog consacré aux mécanismes qui freinent les carrières des femmes dans la photographie mais aussi les arts plastiques, en utilisant un prénom masculin. Début 2015, elle organise à la Maison européenne de la photographie un débat sur la censure dans la photographie puis un autre sur les carrières des femmes photographes.
Marie Docher présentera son documentaires Ni vues Ni connues (2015 – 28min25). Ce film a été tourné pour l’évènement éponyme à la demande de Jean-Luc Monterosso à la Maison Européenne de la Photographie le 28 octobre 2015.
Ce sont des entretiens avec 5 photographes et une plasticienne confrontées aux stéréotypes de genre dans leur métier : Esther Ferrer, Céline Clanet, Zineb Sedira, Safaa Mazirh Ben Rahou, Françoise Huguier Marie-Hélène Le Ny et Guia Sara Basana.

COLLECTIF MARTHE. Le Collectif Marthe est composé par Clara Bonnet, Marie-Ange Gagnaux, Aurélia Lüscher, Itto Mehdaoui. Il est en résidence au Théâtre de la Cité internationale avec Prémisses Production pour trois saisons. 1ère création : Le Monde renversé.

DRACHIN VON TERRA

Phoenix. La dragonne enlace la terre et se transforme en montagne. Un récital de danse isadorienne par Drachin von Terra sur des musiques composées et orchestrées par Zed Terra.

VENDREDI 11 MAI

QUAND LES MOTS RÉSONNENT. Mots de passion et de combat mis en chant.
Mots de révolte et d’amour mis en musique.
Mots de lutte et d’espoir mis en scène.
Mots de femmes…
Un duo acoustique pour une création originale .
Des compositions mêlant la musique et la littérature. Des adaptations de poèmes et d’extraits de textes d’ écrivaines : Violette Leduc, Audre Lorde, Taslima Nasreen, Nella Nobili, Renée Vivien, Monique Wittig…
Un univers lyrique et poétique…

Alone and me. Alone and Me, c’est le projet d’Emilie Clem, son « Fucking Project », comme elle le clamait haut et fort sur son premier album sorti en 2012. Ce premier disque enregistré dans son salon en mode DIY avec son fidèle ingé son live Antoine Dermaut (The Versus, Pro Pain, Zuul FX) révélait une jeune artiste capable de passer du rock à l’électronique, de l’intime à la déflagration sonique, avec une autorité et une sensibilité bouleversante. Ces dernières années, forte d’une centaine centaine de concerts à travers l’Europe (France, Allemagne, Suisse, Belgique), souvent seule en scène, la chanteuse guitariste originaire de Montpellier a forgé sa réputation de performeuse, faisant de chacun de ses lives une expérience.
Après avoir réalisé un vieux rêve en enregistrant une session accompagnée d’un quartet à cordes, Alone and Me est de retour avec « Harmony », un nouvel EP qui confirme tout le caractère de cette artiste intense qui chahute avec panache le paysage musical français. Comme à son habitude Emilie chante, compose et joue une grande partie des instruments mais elle s’est aussi entourée de Guilaume Lefebvre pour les arrangements et de Franck Redlich (Tarmac, Christophe, Sébastien Tellier) pour la production de ce nouvel EP aux Studios de la Seine à Paris.

Belladonna 9CH. Belladonna 9CH est glamour, trash avec un humour un tantinet corrosif. Un duo rock, quelque peu déjanté, qui a poussé sur le terreau du milieu alternatif au début des années 90 et qui vous entraîne sur leur planète Balkan Kumbia Electro, Guinguette, Rock, Vodka & Fraise Tagada. Mêlant guitare électrique et sax avec bombarde et cornemuse. Belladonna9ch propose un show dont on ne sort pas indemne… mais ravi!

MARIE VINDY. Passionnée de faits divers et de littérature policière, chroniqueuse judiciaire, Marie Vindy poursuit avec son roman Justice-soit-elle (éditions Sang Neuf/Plon 2017) une série procédurale marquée par l’influence d’Henning Mankell : grande place laissée au paysage et à l’intimité de personnages traversés d’ombres, partagés entre la fascination pour l’ordre et la tentation des limites. Cette profondeur, la vraisemblance et l’actualité des sujets donnent à son écriture fluide une dimension noire qui fait toute l’originalité de cette nouvelle voix féminine dans le polar français. Marie Vindy est aussi militante pour les droits des femmes : elle est aujourd’hui présidente de l’association de Solidarité Femmes 21 qui lutte contre les violences faites aux femmes.

CAMILLE DUCELLIER. Artiste multimédia, Camille Ducellier se passionne pour la figure de la sorcière contemporaine. Si les formes artistiques peuvent varier – documentaire, art interactif, installation sonore – les sorts sont bien toujours les mêmes : rêver l’obscur, dévoiler les corps, relier le politique au spirituel.
Camille Ducellier présentera les deux premiers épisodes de Salvia, une série documentaire en cours de production. Elle se développe sur six épisodes au cœur des cultures sorcières en France : queer, wicca, noire, gynéco, cyborg et éco-féministe.

MELOE. Meloe Gennai est un poète et défenseur des droits des minorités. Ielle est actif dans le monde du spoken word depuis 2007. Ses textes sont écrits en anglais, allemand et français et évoquent le genre, les relations, les discriminations : ielle slame l’orgasme du homard, le temps où le racisme était simple, comment les identités peuvent être complexes, fumer des cigarettes sous les orangers… Meloe s’est déjà produit en Suisse, Australie, France, Madagascar mais aussi à Berlin, Lisbonne, Madrid, Varsovie. Meloe gagne, en 2012 en Belgique, le prix de poésie de la Biennale Robert Goffin de la Fondation Poche. Ielle publie son premier recueil de poésie en 2017.

SAMEDI 12 MAI

LES EAU’RAGEUSES. Musique féministe révoltée, poétique et parfois théâtrale, au croisement de plusieurs styles : bossa nova, jazz, blues et slam.

DAME NERVE. Après MeiLein, Dame Nerve se lance en solo pour partager son univers empreint d’ ambiances new-wave, post-punk, opéra-rock…

BADBAD. Projet solo de Justine Camy-Palou, compositrice de musique électronique parisienne. En scène depuis 4 ans, badbad a sorti son premier EP en 2014 et et sort son prochain LP en mars 2018. Issue de la scène punk alternative, badbad fuit les automatismes et compose des morceaux aux styles souvent à la marge des uns des autres et affectionne les basses lourdes et sons qui claquent, toujours dans cet univers dark, techno, noise et dancefloor.

SI ON SE TOUCHAIT ? Quel est la place de l’homme dans les luttes féministes ? Intervention autour de cette problématique présente dans la brochure Si on se touchait ?
Les deux textes proposés en version française dans cette brochure ont été publiés initialement en 1998, en anglais, dans le recueil de textes Men doing Feminism.
« Il n’est pas vrai que les hommes hétérosexuels sont indépendants et autosuffisants. Ce qui est vrai est que les hommes prétendent être indépendants et autosuffisants. » (Richard Schmitt)
« Avec suffisamment de pratique érotique attentionnée et ouverte, les restrictions du genre pourraient céder à la libre circulation du désir déterritorialisé, un avant-goût de la liberté du féminisme. » (Brian Pronger)
Sans toujours en parler explicitement, ces textes proposent tous les deux des pistes particulières par rapport à la place des hommes dans les luttes contre le patriarcat. Plutôt que de se demander si et comment un homme pourrait être féministe, ou si un oppresseur peut participer aux luttes des individus qu’il opprime (ce qui reste une bonne question), ils proposent que les hommes ne soient plus seulement des soutiens aux luttes féministes mais travaillent sur leurs relations au sein de leur classe de genre.

VIOLAINE HIGELIN ET CLAIRE LAHUERTA. POSTPORN / PORNQUEER sélection de films sur une proposition de Violaine Higelin et Claire Lahuerta, collectif Bête Noire Par essence un revers à la pornographie dominante – restrictive, excluante et [hétéro]normative, le postporn envisage la sexualité comme un outil dont il faut s’emparer en attribuant une valeur politique fondamentale à l’usage des corps. Une critique formulée par les marges et les minorités qui renverse l’invisibilité des subcultures vers un élargissement des plaisirs et des désirs. “Une seule consigne : ne laisser intact aucun code normatif.” (Virginie Despentes) _ Bête Noire, projet de création et de diffusion, DIY-queer-féministe. Claire Lahuerta et Vilain.e aka Violaine Higelin travaillent ensemble autour des questions queer/pornqueer, identitaires et militantes, sous des formats multiples (à travers des projets de recherche, de curatoriat et de création). Claire, chercheuse et prof. d’université en arts plastiques, spécialisée sur les corps politiques et l’art contemporain. Vilain.e, artiste vidéaste et performeur.se, organisateur.rice de soirées, explorant identité.s, genre.s, désir.s et sexualité.s dans une perspective politique, queer-féministe.

MOLOTOFU. Le collectif Molotofu propose régulièrement des repas vegan à prix libre sur Genève. Pour nous, la libération animale n’est qu’une facette d’une lutte plus globale contre toute les formes de domination et d’exploitation perpétuées par le système capitaliste : sexisme, néo-colonialisme, rascisme, islamophobie, homophobie, salariat, transphobie, etc..
C’est pour cela que nous avons choisi de servir nos repas à prix libre, afin qu’ils soient à la portée de toutEs. Car, si il devient de plus en plus courant de croiser des restaurants vegan, ceux-ci ne sont accessibles qu’à une certaine couche sociale, par leurs prix extrêmement élevés.
Nous utilisons donc au maximum des ingrédients que nous récupérons gratuitement, notamment les légumes invendus en fin de marché. En plus de nous permettre de fonctionner au prix libre, nous proposons ainsi une alternative intelligente au gaspillage massif des denrées alimentaires. Il va de soi que nous restons attentives à la fraîcheur de ce que nous cuisinons.

ET EN CONTINU :

FRIPERIGOLOTE. La Friperigolote : des créations textiles colorées, uniques, un brin décalée, porteuses de messages… Inspirées des techniques traditionnelles et des matériaux récupérés. Je crée loin de la mode, de l’économie à mon rythme en plein milieu du plateau de Langres.

PERNETTE. L’atelier Pernette produit des reproductions de céramiques historiques. Ces objets s’inspirent où sont reconstitués d’après des originaux archéologiques ou muséales. Un intérêt particulier est attribué à la recherche des techniques, des formes, des décors et des argiles utilisées.
Dans le cadre de Matchbox, Pernette propose une démonstration de réalisation de godemichés du XVIIIe siècle. Ces objets très en vogue dans la haute société libertine de l’époque étaient couramment produits en céramique, on pouvait y trouver un réservoir d’eau chaude pour plus de confort. Ils étaient tournés dans un grès très fin, puis poli à la peau de chamois avec du talc pour un rendu et très doux après cuisson. Pernette propose également un panel de godemichés en vente sur son stand afin de présenter cette production assez peu connu du grand public.

ORAÏBI + BECK BOOKS est une librairie indépendante dédiée à l’art et à la pensée critique. Elle a pour vocation d’accueillir et de promouvoir des artistes, penseurs et éditeurs à travers un large catalogue de publications suisses et étrangères. La sélection de livres – neufs et d’occasion – s’articule autour de publications artistiques contemporaines (monographies, catalogues, critique d’art) et à la pensée radicale, à travers un large choix de textes et essais de théorie critique, féministe, anti-autoritaire, anti-raciste et décoloniale, ainsi qu’une section dédiée à l’histoire des luttes et des autonomies.

REMUER NOTRE MERDE. Quel est la place de l’homme dans les luttes féministes ? Un infokiosque autour de cette problématique présente sur le site remuer notre merde.
En l’absence de bases bibliographiques ou historiques spécifiquement dédiées aux rapports entre hommes et patriarcat on s’est plusieurs fois retrouvé à recommencer à zéro des réflexions que d’autres personnes avaient déjà eu. On devait donc passer pas mal de temps à fouiller les infokiosques, les bibliothèques et internet pour trouver les infos sur ce qui s’était déjà fait.
On a décidé de créer ce site pour aider d’autres “hommes” à se poser ces questions, faciliter l’accès à des brochures, des articles, des bouquins…

KATIE MCPAYNE. Katie McPayne se décrit comme tatoueuse queer PoC (personne de couleur) et womaniste (féminisme inclusif / intersectionnel isso de l’afro-féminisme). Ses lignes fines dévoilent des motifs doux et réconfortants, autour de la thématique du selfcare (soin de soi). La culture queer et le féminisme sont deux sources d’inspirations majeures. À travers des animaux, des figures féminines positives et empuissancées ou encore des motifs végétaux, son trait évoque l’illustration et la BD. Ielle s’inspire beaucoup des mangas des années 80 : ambiance rose et lasers. La culture pop influence également son travail. Ielle revendique une pratique inclusive et ouverte. Ielle utilise uniquement des encres vegan et non testées sur des animaux. C’est pour ielle un moyen de signifier que chacun.e est bienvenu.e pour encrer un peu de tendresse dans sa jolie peau.

VICTORIA ZANE. Victoria est tatoueuse et artiste multidisciplinaire brésilienne. Sa pratique du tatouage se développe autour de la recherche et de l’étude du moche, du grotesque et du bizarre. Elle déploie son travail dans l’acceptation de l’échec et dans la création de sujets polymorphes, multiples et uniques, en rupture avec le beau, tout en se réappropriant la relation avec le corps, la beauté, les êtres, les situations et l’environnement. Son travail a comme base la recherche artiviste : entre art et militantisme, à la ronde du quotidien. Au travers de ses lignes tortueuse, libérées et intuitives, surgissent des images animales et végétales, des figures féminines fortes et émancipées, des créatures hybrides, étranges et excentriques, dans l’intention de provoquer des questionnements sur les normes, modèles et institutions établies dans une société patriarcale et néolibérale. Ces femmes et créatures prennent généralement forme dans un quotidien marginal ; des minorités qui construisent des autonomie dans la création de nouveaux mythes.

LINA ZELE. Lina est une tatoueuse et illustratrice brésilienne.
Lesbienne et féministe, elle a 23 ans et a commencé à faire des tatouages en 2016 avec l’aide de ses amis.
En s’enfuyant des tatouages réalistes et perfectionnistes, elle aime laisser chaque client avec un tatouage unique et original, loin des modèles classiques.
De cette façon, son travail devient proche d’un tatouage de style ignorant. Elle approche le tatouage librement et avec une certaine ironie. D’ailleurs, son travail met en question le fait d’être libre d’intervenir sur les corps comme nous voulons et sans jugement.
Dans son catalogue thématique se croisent des figures du monde pop, comme des pokemons, jusqu’à des figures classiques comme des gravures anciennes qui se fondent avec son étude de dessin d’observation, toujours approché avec des traits simples, fermes et contemporain.

Source et illustration © Matchbox Festival

Publié par Jondi

Réagissez à cet événement

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *