« Une Fête de la Musique différente, solidaire et numérique », bref, triste à pleurer

Article publié le 18 juin 2020

De la musique, il y en aura. Mais la fête ? Le ministère de la Culture a dévoilé mardi les modalités de l’édition 2020 de ce qu’il ose encore appeler « Fête de la Musique ». Pour résumer: ce dimanche 21 juin, nous sommes invités à rester chez nous « afin de garantir la sécurité de toutes et tous ».

« Un événement fédérateur, un grand mouvement populaire, national et international », « la manifestation sera inédite », « la Fête de la Musique doit permettre de rassembler autour de la musique et des artistes », « un élan de solidarité », « nouveauté musicale », « chanter », « danser », « voyager » : derrière ces beaux mots, le grand vide. Un concert de Jean-Michel Jarre et un bal « pour faire danser chez soi » diffusés sur Youtube, un morceau de Véronique Sanson repris au balcon peu après 20 heures (« Drôle de vie », ça ne s’invente pas), et des programmes spéciaux à la radio et à la télé. Youpi.

Et les concerts ? « Les rassemblements de plus de 10 personnes étant toujours interdits sur le domaine public, les concerts spontanés ne sont pas autorisés ». Cependant, « des concerts pourront se dérouler dans des lieux autorisés à accueillir du public dans le respect des règles sanitaires sous la responsabilité du dirigeant du lieu et en plein air sous la responsabilité d’un organisateur avec respect des distanciations physiques dans des lieux permettant de fixer une jauge en veillant à ne pas créer d’attroupement à proximité ». Même en relisant plusieurs fois on peine à comprendre, bon courage à ceux qui s’y risqueront.

« Pour les bars, cafés et restaurants, l’organisation de concerts relève de la responsabilité de l’exploitant du lieu : ils sont déconseillés dès lors qu’ils sont susceptibles de générer des rassemblements non maîtrisés sur la voie publique. » C’est écrit en gras dans le communiqué, ça doit être important. C’est pourquoi Jondi n’annoncera pas son traditionnel programme super complet cette année.

Un petit dernier pour la route ? Dans plusieurs régions, notamment en BFC, « des concerts réservés aux patients et personnels soignants et à leurs familles seront organisés dans des hôpitaux. » Sûr que ça coûte moins cher que de revaloriser les salaires.

Jondi s’associe au probable désarroi du service comm’ du ministère qui a dû pondre ce communiqué à la limite du risible. Ça aurait sans doute été plus simple, et plus honnête, d’écrire: « En raison de la situation sanitaire, la Fête de la Musique 2020 est annulée. »

MISE A JOUR le 18 juin à 20h:

Dans un communiqué, la préfecture de Bourgogne-Franche-Comté confirme que « l’heure des grandes manifestations festives n’est pas encore revenue ».

Publié par Jondi

Réagissez à cet article

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. VoixDkaRage

    Vive la fause pandémie qui sert de test de contrôle de masse et d’anti manifestation.

  2. jondi Post author

    @MarieH Ça ne date pas d’hier: des gens meurent dans le monde tous les jours, dans des circonstances parfois tragiques. Si on suit votre raisonnement, il est donc interdit de s’amuser, en général? :-/

  3. MarieH

    Et tous ces morts passés et à venir, c’est pas triste ? La vie va changer durant au moins deux années, il faudra vous y faire. D’ailleurs la vie d’ici était devenue tellement matérialiste que l’humain n’y avait plus sa place.
    Faites de la musique, les moutons vont suivre. Grrrrr !