Bourgogne-Balkans Express: la diversité fait la force

Article publié le 6 mai 2016

Bulgarie, Grèce, Roumanie, Croatie, Slovénie… mais aussi Serbie, Macédoine, Bosnie, Turquie ou encore Kosovo: parce que ces communautés ne sont pas toutes fortement représentées à Dijon, elles se sont regroupées en association. Ils sont jeunes et veulent changer les choses en tissant des liens.

Présentation des costumes traditionnels de Macédoine.

Présentation des costumes traditionnels de Macédoine.

Depuis sa création en 2006, l’association Bourgogne-Balkans Express a pour ligne conductrice de promouvoir les liens entre les Balkans et l’Union européenne. En organisant des séminaires, des conférences, des voyages, elle s’est efforcée de suivre un seul objectif : « Sensibiliser le public aux questions relatives aux pays de la région et aux perspectives d’intégration de ces pays (ndlr: les Balkans) dans l’Union européenne ».

Après avoir traité des perspectives d’intégration des Balkans occidentaux, de l’évaluation du processus d’adhésion des Balkans à l’UE, du multiculturalisme et de l’intégration européenne, l’association s’est intéressée en 2016 à la Serbie et à la Macédoine. Elle a choisi de les comparer grâce à leurs capitales respectives : Belgrade et Skopje. Ces deux pays ayant obtenu le statut de pays candidats partagent « des relations historiques tendues ainsi que des liens forts avec l’Union européenne ». Les comparer peut alors permettre de discuter et de débattre des différents processus d’intégration des Balkans à l’UE.

Une « conférence innovante destinée aux jeunes des Balkans, aux Français et aux dirigeants européens » s’est d’ailleurs tenue du 14 au 20 mars 2016, en partenariat avec Sciences Po Paris. Il a été question des « dynamiques et problèmes environnementaux de ces deux pays », avec pour but de « développer et promouvoir davantage la sensibilisation sur les politiques européennes de développement et le rôle de l’aide structurelle des fonds dans le processus de l’intégration de l’Union européenne ». Et les Balkans occidentaux, la Serbie et la Macédoine en particulier, « ont un potentiel indéniable dans le développement de ces branches ».

La jeunesse au cœur du projet

Si les experts sur les questions des Balkans occidentaux dans les domaines de l’économie et de l’environnement étaient présents, les jeunes en provenance des Balkans et de Sciences Po Paris étaient aussi mobilisés. Avant la conférence, ces jeunes participants (de 18 à 25 ans) ont passé un entretien d’admission afin d’évaluer leur ouverture d’esprit et leur volonté d’intégration.

Conférence avec Nikola Popovski (Ministre des Affaires Étrangères de Macédoine)

Conférence avec Nikola Popovski (Ministre des Affaires étrangères de Macédoine)

Et c’est un autre élément fort de l’association : l’engagement des jeunes, et leur participation aux débats concernant des enjeux futurs cruciaux de l’Union européenne, afin d’arriver « à des solutions concrètes ». D’ailleurs, Bourgogne-Balkans Express est uniquement composée de jeunes, des étudiants de Sciences Po Paris et Dijon, et d’anciens étudiants dijonnais partis faire un master à Paris.

Des étudiants de nationalités différentes : allemande, macédonienne, polonaise, franco-monténégrienne, estonienne, lituanienne, franco-serbe. Une diversité exceptionnelle qui fait la force de l’association.

Publié par Deborah Vital

Réagissez à cet article

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Gogolewski

    Recherche une personne Serbe qui vit à Dijon pour apprendre à une dame qui vient de Serbie pour 3 mois sur Dijon et je veux qu’elle reste avec moi qui habite Dijon