La fontaine de Jeunesse doit-elle rester place Darcy?

Article publié le 1 août 2016

La fontaine Jeunesse de Max Blondat, place Darcy à Dijon. © BC - Jondi

La fontaine Jeunesse de Max Blondat, place Darcy à Dijon. © BC – Jondi

Le sachiez-tu? La fontaine aux grenouilles, ou fontaine de Jeunesse, place Darcy à Dijon, a été imaginée sur les bords de l’Yonne en 1904. Elle est l’œuvre du sculpteur Max Blondat, né à Crain (89) en 1872.

 « Né sur les bords de l’Yonne, disait-il, j’éprouve toujours pour l’eau mouvante et vivante un irrésistible attrait. Un jour, j’aperçus, assis sur une berge dominant ma rivière préférée, trois enfants cramponnés les uns aux autres et penchés en avant pour regarder un objet flottant en contre-bas. Le groupe était charmant, j’y vis un sujet de fontaine. Empoigné par mon idée, je saute dans le premier train en partance pour Paris, je gagne en hâte mon atelier et me mets à broyer fiévreusement la glaise. Jamais aucune œuvre depuis ne m’est venue plus facilement, plus joyeusement. »

fontaine-jeunesse-max-blondat-Dusseldorf

La fontaine aux grenouilles à Düsseldorf. © Wikimedia Commons

L’historien Eugène Fyot, qui rapporte ces propos(1), raconte comment la sculpture a gagné une renommée internationale. « Le succès de Jeunesse fut grand au salon des Artistes français en 1904, et lorsque le marbre parut au salon de 1907, une délégation de la ville de Dusseldorf en commanda une réplique en marbre qui fut placée, sur l’indication de l’artiste, dans un jardin public de la ville. C’est que le marbre original avait été vendu à un Argentin de Buenos-Aires. La ville de Zurich demanda un moulage en bronze; et Dijon décida en 1907 l’acquisition d’un second moulage en bronze dont l’effet paraît certainement moins heureux en l’occurence que le marbre blanc. On n’en admire pas moins ces bambins souriants aux petits corps si bien modelés, enlacés dans un mouvement naturel de curiosité craintive à l’aspect des batraciens qui leur semblent des petits monstres tant soit peu grotesques. »

Plusieurs versions existent encore, à Denver (Etats-­Unis), à Nacozari de García (Mexique)… A Odessa, en Ukraine, il s’agit d’une variante, avec une seule grenouille. Finalement la fontaine de la place Darcy n’est pas la mieux lotie: « L’intimité lui convenait, on lui donna l’espace entre des monuments qui l’écrasent. C’était le désespoir de son auteur qui rêvait d’un déplacement contre un talus du square Darcy. » Chiche?

(1) Eugène Fyot, Dijon, son passé évoqué par ses rues, librairie Damidot, Dijon, 1927.

Publié par Jondi

Réagissez à cet article

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Marcel Sila

    Un arbre pleureur (orme ou frêne, ce me semble) couvrait cette œuvre, il avait été promis de le replanter après son déplacement pour cause de travaux. C’était plus bucolique. J’attends !

Rechercher un événement
Expositions à Dijon

Retrouvez sur notre page dédiée toutes les expositions en cours et à venir à Dijon.

Toutes les expositions
Suivez-nous !
Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Instagram